Le solaire photovoltaïque rentable sans subvention dès 2021

Le nouveau rapport de l’Ademe a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. Et pour cause : Il annonce que les panneaux solaires photovoltaïquesseront rentables sans subvention d’ici très peu de temps, probablement moins de 5 ans.

Une rentabilité limitée dans un premier temps

Certes, ce constat n’est valable que pour des installations de tailles conséquentes (centrales au sol ou grande toiture) dans les régions très bien ensoleillées du Sud de la France, qui permettent de produire plus d’électricité et donc de profiter au maximum des panneaux. Mais la rentabilité devrait venir un peu plus tard dans des régions plus au Nord. Dans d’autres pays du monde, l’énergie solaire est d’ailleurs déjà très compétitive.

En ce qui concerne les installations particulières, la rentabilité augmentera également mais pas suffisamment pour être totalement autonome, l’Ademe préconise donc de recourir à des primes à l’investissement pour remplacer les tarifs d’achat utilisés actuellement.

Le coût des panneaux solaires en rapide diminution

Principal facteur de cette profitabilité grandissante : le coût des installations, qui a déjà été divisé par quatre en sept ans pour les centrales au sol. Cette tendance très forte à la baisse du prix matériaux devrait se poursuivre dans les années qui viennent, même si un ralentissement est attendu (35 % de diminution d’ici à 2025). Les cellules photovoltaïques modernes offrent également un rendement de plus en plus intéressant.

Une ouverture pour l’industrie et l’autoconsommation

Cette rentabilité accrue devrait faire émerger une pratique encore quasiment inconnue en France : l’autoconsommation. Avec la montée des prix de détail de l’électricité, les possesseurs de panneaux solaires auront plutôt intérêt à consommer directement le maximum de l’électricité produite. Les bâtiments tertiaires devraient être les premiers à miser sur l’autoconsommation.

Peut-être cette situation permettra t-elle également, en relançant l’investissement dans le solaire, de donner de l’air à la filière photovoltaïque française, qui traverse d’importantes difficultés et voit le niveau de l’emploi diminuer.

Principale subvention de l’énergie solaire : les tarifs d’achat de l’électricité

Jusqu’à présent, l’énergie solaire est subventionnée, au niveau des installations en toitures individuelles, par des tarifs d’achat. Lors du raccordement, « l’acheteur obligé » (en l’occurrence EDF-OA) s’engage à acheter l’électricité produite par les panneaux à un prix prédéterminé, supérieur à celui du marché. Au bout de la chaîne, c’est l’État qui assure une grande partie du financement en reversant une compensation à EDF, compensation notamment issue de la CSPE, taxe que nous payons tous sur nos factures d’électricité. Ces tarifs d’achat ont grandement baissé il y a quelques années, pour soulager les finances publiques mais aussi grâce à une rentabilité croissante du solaire, qui a besoin de tarifs moins élevés que par le passé pour générer des revenus suffisamment importants.

Laisser un commentaire